Abonnez-vous aux flux RSS Abonnez-vous aux flux RSS

FAQ



Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ?

  • Logiciel :

     Arche
  • Module :

     Poutre
  • Question :

     Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ?
  • Rubrique :

     Général
  • Difficulté :

     **

Réponse

I. Introduction

Dans la continuité de nos précédentes FAQs sur les nouvelles fonctionnalités ARCHE Poutre, nous vous proposons, cette semaine, la gestion du cuvelage.

Les travaux de cuvelage, et notamment les principes de justifications vis-à-vis du calcul, sont décrit dans le « DTU 14.1 - Travaux de cuvelage » qui a été récemment implémenté dans ARCHE Poutre.

Ce règlement s'applique lorsqu'une partie du bâtiment est immergée. Les éléments sont alors soumis à des charges de soulèvement : les sous-pressions d'eau.

Dans l'état actuel de la normalisation, le cuvelage n'est pas abordé dans les Eurocodes et on applique donc ce DTU.

Le module Arche Poutre permet :
  • de définir des cas de charges correspondant aux différents niveaux de nappes.
  • de définir un revêtement d'étanchéité.
  • de générer les combinaisons correspondantes et de visualiser les contraintes admissibles en fonction des dispositions constructives mises en place.

II. Théorie

1. Types de cuvelage

Le DTU 14.1 distingue 3 types de cuvelages :
  • cuvelages avec revêtement d'imperméabilisation
  • cuvelages à structure relativement étanche
  • cuvelages avec revêtement d'étanchéité
À chaque type de cuvelage correspondent des limitations de contraintes (acier et béton).

2. Action de l'eau

Suivant son niveau, l'eau pourra donnera lieu à une charge :
  • permanente
  • d'exploitation
  • accidentelle
La documentation relative au projet est censée décrire les 3 niveaux d'eau suivants :
  • le niveau des basses eaux EB, qui donne lieu à une charge permanente.
  • EB -> Charge permanente GE

  • le niveau des hautes eaux EH. La différence avec EB donne lieu à une charge d'exploitation.
  • EH - EB -> Charge d'exploitation QE

  • le niveau exceptionnel de l'eau EE. La différence avec EB donne lieu à une charge accidentelle.
  • EE - EB -> Charge accidentelle FE

3. Contrainte limite de l'acier

La contrainte limite de l'acier dépend du type de revêtement :

a) Cuvelages avec revêtement d'imperméabilisation

Sur les aciers tendus, on vérifie :

Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ?

avec :
Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ?
Note : la majoration de la résistance par le terme 30η n'est pas à prendre en compte dans le cas d'eaux saumâtres ou agressives.

b) Cuvelages à structure relativement étanche

Comme pour les cuvelages à structure relativement étanche, on vérifie pour les aciers tendus :

Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ?

avec :
Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ?
Note : le termeComment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ? n'est pas à prendre en compte dans le cas d'eaux saumâtres ou agressives.

c) Cuvelages avec revêtement d'étanchéité

La contrainte limite de l'acier est celle définie par le BAEL ou par l'EC2.

4. Contrainte limite de traction du béton

La contrainte limite de traction du béton dépend du type de cuvelage :

a) Cuvelages avec revêtement d'imperméabilisation

La contrainte de traction du béton est limitée à :Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ? avec:
Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ?

b)Cuvelages à structure relativement étanche

La contrainte de traction du béton est limitée à :Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ? avec :
Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ?
Pas de vérification dans les autres cas.

c) Cuvelages avec revêtement d'étanchéité

La limitation est celle définie par le BAEL.

5. Dispositions constructives

a) Enrobage

Pour les cuvelages avec revêtement d'imperméabilisation et les cuvelages à structure relativement étanche, l'enrobage est celui défini par le BAEL ou l'EC2.

b) Diamètres des armatures

Le diamètre des armatures doit être supérieur à 6mm.

III. Exemple

1. Cuvelage avec revêtement d'imperméabilisation

On souhaite connaître la contrainte limite sur les aciers d'une poutre avec revêtement d'imperméabilisation, en présence d'eaux saumâtres ou agressives.
Cette poutre est ferraillée avec des Ha8.

Sur les aciers tendus, on vérifie :

Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ?

avec :
Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ?
Soit :

Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ?

2. Cuvelage à structure relativement étanche

Même test que précédemment, mais avec un cuvelage à structure relativement étanche, et absence d'eaux saumâtres ou agressives.

Sur les aciers tendus, on vérifie :

Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ?

avec :
Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ?
Soit :

Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ?

IV. Gestion du cuvelage dans ARCHE Poutre

Comme nous l'avons précédemment, pour une justification au cuvelage, il faut définir les paramètres suivants :
  • Définition des cas de charges de cuvelage associés.
  • Définition du type de revêtement.
  • Définition des eaux saumâtres ou agressives.
  • Définition du diamètre max des aciers longitudinaux.
La création des cas de charges associés se fait par le menu « Hypothèses \ Cas de charges » en cliquant sur le bouton « Ajouter » :

Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ?

Le type de cuvelage est paramétrable par travée :

Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ?

Une option, disponible depuis le menu « Hypothèses \ Béton Armé », permet d'indiquer la présence d'eaux saumâtres ou agressives :

Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ?

Dans le menu Hypothèses - Ferraillage, un menu déroulant permet de définir le diamètre maximal des aciers longitudinaux, qui intervient dans le calcul de la contrainte limite :

Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ?

Après calcul, l'utilisateur a la possibilité de visualiser les contraintes de cuvelage en sélectionnant les combinaisons correspondantes :

Comment Arche Poutre gère t-il le cuvelage ?